Bienvenue sur le site du Docteur Bernard MOLE

Chirurgie Esthétique et Médecine Esthétique

 

Contact: + 33 1 45 51 85 85

Mail:

Accueil |Qui sommes nous? |Où sommes nous? | Tarifs | Liens |
15 avenue de Tourville 75007 PARIS -Tél: 01 45 51 85 85- Fax: 01 45 51 29 90

 

Médecine Esthétique

- Les produits injectables
- La Toxine Botulique
- Le lipofilling
- Les peelings médicaux
- Les soins spécifiques de la peau par la Dermopraticienne qualifiée en technique esthétique médicale

Chirurgie Esthétique

- Liposuccion
- Lifting
- Blépharoplastie
- Augmentation mammaire
- Plastie mammaire
- Abdominoplastie
- Rhinoplastie
- Cuisses
- Chirurgie du menton
- Chirurgie du bras
- Chirurgie génitale et sexuelle
- Oreilles décollées

 

 

Médecine Esthétique

Les produits injectables actuellement utilisés sont obtenus par extraction tissulaire ou par synthèse chimique ou microbienne


Les acides hyaluroniques sont des polysaccharides (dérivé des sucres) ne présentant ni spécificité tissulaire ni d’espèce. Ils peuvent donc être utilisés sans test cutané préalable sous forme de gels injectables transparents permettant de corriger les rides superficielles et profondes. Un complément d’injection 1 à 2 fois par an peut être nécessaire suivant les localisations. Si le traitement d’entretien est régulièrement effectué, il semble que l’on puisse progressivement espacer les séances. Leur souplesse d'emploi, leur tolérance et leurs très nombreuses concentrations expliquent leur popularité actuelle.
Du fait des risques de sensibilisation, les collagènes ne sont plus utilisés.
Les Polyacrylamides (Aquamid*) sont des hydrogels constitues d'une maille de synthèse emprisonnant de l'eau à 95%; suivant la longueur de leur chaîne ils présentent une résorption variable de quelques mois à plusieurs années. Ils semblent bien tolérés et représentent une excellente solution de volume (joues, pommettes, menton) ou de comblement de sillons profonds; il semble plus prudent d'éviter l'emploi des plus durables sous les peaux très fines afin d'éviter en cas d'imperfection un désagrément trop prolongé. Aucun test n'est nécessaire et il paraît possible de retirer par simple ponction une partie du produit en cas de surcorrection.
Les inducteurs tissulaires : un nouveau concept de correction des pertes de volume et de ptose avec l'âge ! À côté des corrections de volume classiquement obtenu avec les acides hyaluroniques, un nouveau concept s'impose peu à peu le but étant de stimuler le propre collagène du patient à fin d'obtenir une correction à la fois naturelle et de durée prolongée. Ces inducteurs tissulaires au nombre de 3 pour le moment en France (Ellansé*, Radiesse*, Sculptra*) s'injectent  exactement comme un acide hyaluronique mais dans un plan généralement plus profond. L'effet volumateur est immédiat obtenu par le vecteur de l'inducteur (généralement la carboxymethylcellulose largement employée dans les dispositifs médicaux depuis très longtemps) ; celui-ci est éliminé progressivement en quelques semaines, remplacé par le propre collagène du patient produit sous l'effet de l'inducteur (Polycaprolactone pour Ellansé*, hydroxyapatite de calcium pour Radiesse*, acide polylactique pour Sculptra*). Il est ainsi possible d'obtenir avec une seule injection une correction solide d'une durée de 1 à 2 ans, voire davantage.

 

CORRECTION DES LÈVRES ET DE LA REGION BUCCALE
La demande de correction des lèvres est devenue très importante mais toujours source de grande anxiété, beaucoup de patientes imaginant que l'on ne peut éviter ces épouvantables déformations (« bec de canard ») présentées par quelques célébrités ! Et pourtant rien de plus simple que d'obtenir un résultat très naturel à condition d'accepter un léger gonflement de 48 heures, une correction parfois en 2 temps, un entretien tous les six mois à 2  ans en fonction du produit utilisé. Il est possible de s'adresser soit aux défauts de volume, soit de surface, soit de forme soit aux 3.
I- DÉFAUTS DE VOLUME : Ils sont corrigés par des gels injectables : type, Acide hyaluronique, Acrylamides etc. (petit œdème ne dépassant pas 48 heures, effet plus ou moins durable de quelques mois à 1 bonne année) ; nous ne conseillons pas le lipofilling ici (graisse autologue dont l’effet est fugace si l’injection n’est pas répétée au moins 3 fois ) ni les produits injectables  dis « définitifs » 
Les implants solides : type Gore Tex* ne sont malheureusement plus disponibles actuellement en France.
Suivant l’emplacement choisi de l’implant, les lèvres seront soit repulpées, soit déroulées, soit ré ourlées.
II- DÉFAUTS DE SURFACE : si les petites ridules peuvent être diminuées par des implants injectables nécessitant un complément de correction dont la répétition peut s’avérer lassante (3 à 6 mois), la correction, la plus performante du flétrissement labial est obtenue soit par un resurfacing de type  peeling profond (phénol). Cette intervention extrêmement efficace est précédée au mieux par une préparation spécifique de 2 à 3 semaines et ses suites peuvent s’avérer socialement contraignantes : croûtes durant quelques jours, puis érythème pendant 2 à 3 semaines, plus léger les 2 à 3 mois suivants (maquillage possible dés la chute des croûtes) ; dans les cas très marqués, un léger éclaircissement de la peau peut persister après l’intervention ; c’est pourquoi il est conseillé de l'associer un peeling de l'ensemble du visage (beaucoup plus léger) de façon à éviter tout effet frontière. L’éviction solaire est impérative les 3 premiers mois.
Les résultats de la chémoabrasion (peelig+abrasion superficielle)sont très performants à long terme, souvent définitifs.
Les ridules dynamiques de la lèvre supérieure (« code barre ») sont très atténuées par une injection superficielle de toxine botulique (qui en constitue un véritable traitement préventif dans les cas débutants) ou d’acide hyaluronique en nappage.
III- CORRECTION DES FORMES : la lèvre supérieure peut être liftée par une discrète excision arciforme le long des narines qui permet de mieux faire apparaître la lèvre rouge de manière permanente et naturelle. Un additif à cette technique a été présenté par le docteur Môle au congrès de la société internationale de chirurgie esthétique à Rio de Janeiro en septembre 2014 : c'est le « lambeau en moustache » qui permet dans le même temps de restaurer les lèvres aplaties par le temps.
La CORRECTION DES CONTOURS BUCCAUX peut-être également envisagée: sillon naso-génien, pli d’amertume para commissural, encoche mandibulaire peuvent être améliorés par une injection (cf.) parfois associé à une injection simple de toxine botulique dans le muscle dépresseur du coin de la lèvre (permettant de remonter celle-ci) et dans le muscle du menton (effacement de la contracture). Ces bajoues peuvent être également bien corrigées par la mise en place de fils tenseur sous anesthésie locale.
Incidents et complications spécifiques  à ces interventions :
                Produits injectables : intolérance, résorption prématurée, irrégularité (en règle transitoire)
             Resurfacing : hyper pigmentation (en règle transitoire), dépigmentation (parfois définitive), cicatrisation hypertrophique, poussée d’herpès (en cas d’antécédents avérés, un traitement encadrant l’intervention est absolument indispensable+++), persistance des ridules les plus profondes
toxine botulique : petites déformations dynamiques transitoires de quelques jours (voyelles explosives mal prononcées)

 

 

 

 

 

 

AVANT
APRES
PLI NASOGENIEN
PLI NASOGENIEN
pli nasogeniens
PLI NASOGENIENS
levre
levre

 

Avant implant de Gore Tex, lèvre supérieure implants goretex

 

Après implant de Gore Tex, lèvre supérieure implants goretex

 

Lambeau ''moustache" pour le lifting des lèvres (avant et après

 

   
Accueil |Obligations légales | |© L.GOZLAN