Bienvenue sur le site du Docteur Bernard MOLE

Chirurgie Esthétique et Médecine Esthétique

 

 

 

Contact:+ 33 1 45 51 85 85

Mail: mole@cegetel.net

15 avenue de Tourville 75007 PARIS -Tél: 01 45 51 85 85- Fax: 01 45 51 29 90

 

 

Médecine Esthétique

- Les produits injectables
- La Toxine Botulique
- Le lipofilling
- Les peelings médicaux
- Les soins spécifiques de la peau par Mme Lyliane GOZLAN

Chirurgie Esthétique

- Liposuccion
- Lifting
- Blépharoplastie
- Implants mammaires
- Plastie mammaire
- Abdominoplastie
- Rhinoplastie
- Cuisses
- Chirurgie du menton
- Chirurgie du bras
- Chirurgie génitale et sexuelle
- Oreilles décollées

 

 

 

Liposuccion et silhouette

 

La liposuccion ou aspiration de graisse, consiste à aspirer l’excédent graisseux localisé des lipoméries (amas graisseux physiologiques à répartition fixe) à l’aide d’une canule de diamètre variable reliée à un appareil capable de créer le vide par une incision très discrète par sa taille (qq. mm) et sa localisation (pli naturel, zone pileuse). La graisse est au préalable rendue fluide par l’infiltration d’un mélange spécifique auquel est ajouté un vasoconstricteur diminuant l’incidence du saignement (pratiquement nul) et un anesthésique.
                La plupart des lipoméries bien localisées (menton, abdomen, lombes, trochanters –la fameuse « culotte de cheval », genoux) peuvent être ainsi traitées de manière extrêmement efficace en ambulatoire total, sans aucune hospitalisation de nuit dans la mesure où le patient est raccompagné chez lui par une tierce personne et ne présente aucune contre-indication médicale (allergie, affection cardiovasculaire pouvant contre indiquer l’emploi de certains produits, etc…)
                Les lipodystrophies diffuses exigent par contre une sédation plus poussée, anesthésie générale ou le plus souvent anesthésie locorégionale sensitive pure de type péridurale.
                La plupart des activités professionnelles et sociales peuvent être reprises après 48 heures (L. localisées) ou vers le 8-12ème jour (L. diffuses). Les 2 ou 3 premières semaines sont marquées par des ecchymoses et un œdème des zones traitées qu’il convient de soustraire totalement alors à l’exposition solaire ou aux U.V. Le résultat définitif pourra être apprécié entre le 2ème et le 4ème mois, dépendant de la quantité aspirée, mais aussi de l’élasticité et de la rétraction cutanée, facteurs individuels et non prédictibles, parfois à l’origine d’irrégularités de résultat ; la quasi-totalité des défauts post opératoires existe avant l’intervention et peuvent être exagérés si la technique est trop poussée. Il paraît prudent d’assurer une bonne contention des zones aspirées pendant les premiers jours ou les premières semaines soit par le port d’un panty spécialisé (L. diffuses) qu’i est indispensable d’essayer avant l’intervention afin de diminuer l’œdème et l’inconfort initial, généralement plus ou moins facilement contrôlés par les médications usuelles. Ce vêtement doit être confortable et le résultat ne sera nullement amélioré par une compression intense. Il vous sera procuré au cabinet.
                Des massages spécialisés, type drainage lymphatique semblent raccourcir les suites, même s’ils ne transforment pas le résultat final. Il faut enfin rappeler qu’en aucun cas la liposuccion n’est un facteur d’amaigrissement et que le meilleur résultat ne peut être acquis qu’après contrôle du poids ; en revanche à poids stabilisé, les résultats peuvent être considérés comme totalement définitifs puisque les adipocytes n’ont aucune possibilité de multiplication.
                D’éventuelles retouches (à la seringue sous locale) sont envisageables sans aucune contrainte après le 4ème mois.

Cellulite : la lipo-aspiration peut par elle-même améliorer l'aspect cellulitique de la peau surtout si le patient observe une réduction pondérale importante ; une peau de très mauvaise qualité restera cependant inchangée car elle témoigne d'un indice de réfraction très pauvre (absence d'élasticité) : il est alors possible d'espérer une certaine amélioration par l'emploi des nouvelles techniques de lipo-aspiration qui associent soit la micro injection sous pression (effet « Karcher », waterjet) soit la radiofréquence interne, soit les ultrasons (« Vaser). S'il s'agit de zones très localisées, on peut également proposer des traitements par phosphatidylcholine injectable ou radiofréquence externe. En cas d'excédent cutané très excessif, il vaut mieux recourir à une intervention réparatrice (plastie des bras, de l'abdomen ou des cuisses, cf.).

LE TRONC : le lifting dit complet du tronc (“Total body lift”) vise à traiter dans le même temps l’abdomen, le dos, les flancs et la partie externe des cuisses ; l’intervention consiste donc à pratiquer une plastie abdominale classique (cf) dont la cicatrice est prolongée au-dessus des hanches vers les lombes (les 2 cicatrices se rejoignent au-dessus du pli fessier) ; une liposuccion est le plus souvent associée à l’intervention (si elle doit être très importante, il vaut mieux différer le geste de plastie de quelques mois) ; un décollement partiel de l’abdomen, des flancs, des lombes et de la partie supérieure de la face externe des cuisses est effectué afin d’optimiser les excédents de peau à réséquer ; de nombreux drains seront mis en place pour quelques jours. Il s’agit donc d’une plastie circulaire étendue dont le temps d’intervention est long (4 à 8 heures) et les suites parfois pénibles durant 2 à 3 semaines. Cette intervention majeure qui permet un véritable remodelage de la silhouette au prix d’une cicatrice non négligeable (mais normalement cachée par un maillot de bain standard) demande donc une grande motivation du fait de la majoration des risques habituels de toute intervention (infection, nécrose, épanchement lymphatique, phlébite, cicatrisation pathologique etc.). L’hospitalisation peut se prolonger 5 à 8 jours et la convalescence est de 3 semaines au minimum.

Mon avis sur le « CoolSculpting » (élimination de la graisse par le froid)
Certes le geste est en apparence indolore (en fait il est franchement désagréable quand la peau est mise en dépression) et sans doute efficace (à condition d’être répété 2 à 3 fois souvent)… mais….
Le procédé est :

  • long (2heures par localisation)
  • limité à des zones de surface réduite (une largeur de main au maximum)
  • parfois décevant
  • finalement couteux ! (1 à 3000 € pour …1 seule localisation !)

Alors face à un procédé très à la mode, la liposuccion traditionnelle garde ses prérogatives : efficacité, maitrise, rapidité (3 fois plus rapide en moyenne) et bien plus abordable puisque toutes les localisations revendiquées par le CoolSculpting  sont accessibles à l’anesthésie locale ! Pas d’hospitalisation, reprise des activités dés le lendemain, résultats rapidement visibles…
Attention aux sirènes du marketing !

 

AVANT
APRES
lipo lipo
lipo LIPO
lipo lipo
lipo lipo
Silhouette AVANT
Silhouette APRES
silouhette
silhouette
   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   
Accueil |Obligations légales ||© L.GOZLAN

03-Sep-2010